Accueil > Non classé > Votre capital santé m’intéresse…

Votre capital santé m’intéresse…

François
CUSSET
, chercheur au CNRS et professeur à Sciences Po, publie un article qui
fait réfléchir et apporte d’intéressants éclairages sur la légitimité des
pouvoirs à nous imposer leur vision de la santé. C’est dans
Le Monde
Diplomatique de janvier 2008, page 28 : « Votre capital
santé m’intéresse…
Morceaux choisis (soulignés par nous) :

« Arrêtez de fumer, protégez votre capital santé ! » : le message
a recouvert les murs de nos villes et les « unes » de nos quotidiens et
magazines. Comme si, à force de n’en faire qu’un atout, un bien, un capital –
dont le rendement dépendra des choix stratégiques et de la « responsabilisation
» de chaque individu, l’on avait oublié que la santé est à la fois
construction culturelle et éthique personnelle
. En 1975 déjà, Michel
Foucault avait analysé le « regard médical » comme l’une des composantes de nos
« sociétés de contrôle » modernes.

Ainsi, quand ce ne sont pas uniquement les ingénieurs de l’écologie ou
de l’alimentation bio qui nous disent comment vivre, pour notre bien comme pour
celui du corps collectif, mais encore les risquologues, les économistes, les
thérapeutes de plateau de télévision
, les entraîneurs sportifs et les
sexologues « alternatifs », les géants du médicament et les politiques de tous
bords
, et jusqu’à la famille elle-même ou la direction des ressources humaines,
soucieuses d’optimiser notre « capital santé », alors ce corps qu’on nous
attribue cesse définitivement d’être le nôtre.

Ce corps utopique qu’affichent toutes les publicités, ce corps
omniprésent toujours affublé de son possessif triomphal (mon corps) se fait le
site, bien au contraire, de la plus insidieuse des expropriations : il n’est
plus du tout mon corps, s’il l’a jamais été
, moins encore qu’à l’époque où des
interdits multiples le contraignaient et où un souverain avait sur lui droit de
vie et de mort. Moins encore qu’à une époque aujourd’hui oubliée où ce corps,
jouisseur et mortel, malade et impromptu, n’avait pas encore été investi en ses
creux les plus intimes par tous les pouvoirs du moment
.

François CUSSET

Publicités
Catégories :Non classé
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :